Domaines

Le Haut-Verdon

Le Verdon en Mai à ThorameVerdon à Thorame au printemps

Le territoire de « La Truite du Haut Verdon » correspond à l’amont du cours de la célèbre rivière. Les Grandes Gorges correspondant au Moyen-Verdon.   Voyons ce domaine plus en détails !

Le Lac de Castillon

C’est le lac artificiel formé par le barrage de Castillon. Il a une surface de 500 ha classée en seconde catégorie. Il est réputé pour sa population de Sandres et de gros Brochets. Ce lac est cogéré par deux AAPPMA, « La Truite du Haut Verdon » au Nord et « La Gaule Castellanaise » au Sud.

Lac  de Castillon

Le Verdon dans le Haut-Verdon

Verdon Niassant

Pour le pêcheur de truites les possibilités sont à la mesure de la diversité des formes de la rivière. On y trouve des radiers, des grandes « launes », des « failles », des blocs, des rapides… En bref, la quasi-totalité des configurations de torrents que le pêcheur de truites doit maîtriser.
Une chose est sûre, les truites y sont nombreuses, voire très nombreuses. Et elles ont du mérite.

Les Alpes du Sud correspondent à un milieu naturel difficile, marqué par de rudes hivers, des étés souvent secs et des épisodes de pluies extrêmes. Les conséquences logiques sont de fortes variations de débit. Hautes eaux et crues au printemps et en automne. Etiages en été et en hiver.  Sans compter les perturbations d’origine humaine. La pression de pêche étant l’une d’elles.
En conséquence, les « belles » truites sont difficiles à leurrer. Mais elles existent bel et bien. Et certaines atteignent  des tailles respectables. ( Voir la « Galerie » du site. )
En résumé, si vous voulez devenir un « bon pêcheur », pêcher le Verdon.

Les affluents du Verdon

L’Issole 

Cette petite rivière est le principal affluent du « Haut » Verdon qui le rejoint à Saint André les Alpes. Pour une rivière alpine, elle est relativement plate, mais très riche en truites, majoritairement de petites tailles. Il est possible d’en « piquer » quelques belles, voire une grosse. Mais cela ne va pas sans difficultés.
Son profil ne facilite pas les approches ni les coups de lignes. C’est une rivière où l’on apprend beaucoup. Elle est techniquement très exigeante.

La Chasse, La Lance, Le Clignon, Le Chadoulin et Le Bouchier

La Lance

 Ce sont les 5 affluents « majeurs » du Haut Verdon. Exception faite de l’Issole.
Les truites y sont nombreuses, parfois même de belles tailles. Et elles se méritent.
Ce sont des torrents escarpés qui demandent une bonne condition physique et une bonne connaissance de la montagne. La pression de pêche est moins forte que dans le Verdon mais pas absente. En conséquence, les truites sont « éduquées ». Et comme nous sommes en montagne les périodes d’activités y sont très courtes, de l’ordre de la dizaine de minutes…
Il est fortement recommandé de ne pas abuser quant au prélèvement.
Ces torrents sont « compartimentés », c''est-à-dire qu’il est impossible aux géniteurs du Verdon de remonter pour y pondre. Ces milieux fonctionnent donc en « circuit fermé ».  Pensez-y si vous voulez continuer à pêcher en de tels lieux.
C’est un plaisir unique dans un cadre  vraiment grandiose.

La Lance

 Les autres torrents et ruisseaux

Ruisseau secret

Ces petits affluents et sous affluents présentent aussi un intérêt halieutique. Ils sont de tailles moins importantes que ceux cités précédemment et souvent difficiles d’accès.
Correspondent à cette catégorie des ruisseaux comme le Riou d’Ondres, le Riou de Saint Pierre, l’Estelle, pour ne citer que les plus connus, ainsi que la plupart des ruisseaux de la vallée où l’eau coule en permanence…Là aussi, il est recommandé de ne pas abuser.

 

Le lac d’Allos

Lac d'Allos

 

Le plus grand lac naturel d’altitude d’Europe est dans le Haut-Verdon, 60 hectares à 2225 m. Les truites y sont peu nombreuses mais franchement « énormes ». A l’inverse de la population d’ombles chevaliers : nombreux, mais de petites tailles, même si dans leur majorité ils dépassent « la maille » ! En plus, le paysage est féerique.